Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
La voute de cannes des compagnons

Voûte de cannes
Lorsque les compagnons du tour de France veulent honorer une personnalité en certaines circonstances, ils se placent sur deux rangs, face à face, se saisissent de leur canne et forment une « voûte de cannes » sous laquelle passe la personne. C’est une façon d’exprimer qu’ils la placent sous la protection de leur canne, laquelle peut s’avérer un instrument de défense.

La photo nous montre le rite accompli par les compagnons de divers métiers et associations, lors de l’inauguration de l’exposition « Le Compagnonnage vivant », à Paris, à l’hôtel de Sully, au mois de mai 1973. Sous la voûte passent M. Jean Royer, ministre du Commerce et de l’Artisanat, et M. Yves Malécot, président de la Caisse Nationale des Monuments Historiques et des Sites.

On remarque sur la photo que des compagnons tiennent leur canne par le pommeau, embout pointé vers le ciel, tandis que d’autres pointent en haut le pommeau. Ce point de rituel soulève des questions sans réponse, chacun justifiant l’une ou l’autre manière de faire.

Le même rite s’effectue lorsqu’il s’agit d’honorer un compagnon et son épouse, à l’issue de leur mariage, à la sortie de l’église.
Mais d’où provient ce rite ? Il est absent des Règles, Rituels, Rôles ou Livres de Devoir des compagnons du XIXe siècle et paraît s’être introduit de façon informelle, sans doute dans les dernières années du XIXe siècle. Il s’inspire manifestement d’un rite de la Franc-maçonnerie, d’où sont issus un certain nombre d’autres usages et symboles, qui se sont intégrés dans les compagnonnages au XIXe siècle. Chez les francs-maçons, le rite est dit de la « voûte d’acier », car il se pratique avec une épée, sous laquelle passe la personnalité à honorer (président de loge ou d’obédience, dignitaire, conférencier). Ce rite maçonnique est attesté au XVIIIe siècle. il est peut-être lui-même inspiré par des usages militaires.

Ajoutons pour conclure sur le chapitre des voûtes, que les sportifs font de même lors du mariage d’un des leurs, en formant une voûte de ballons de foot ou de rugby, de roues de vélo, de raquettes, etc…

Cet article a été rédigé par Laurent Bastard. Merci ;)

Tags:

Leave a Reply