Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
CANNE EN FER

Les cannes en fer ont elles existé ? Logiquement, elles devaient être creuses (c’est la définition d’une canne, par rapport au bâton, qui est plein), sinon elles auraient été trop lourdes à l’usage. Mais en fer creux, elles constituaient un redoutable instrument de défense. Nous ignorons s’il en existe chez les collectionneurs.

En tout cas, BALZAC en met une dans les mains de Vautrin, le forçat diabolique, évoqué dans son roman « Le Père Goriot » en 1835 : « – Pourquoi ? répondit le quadragénaire en mettant son chapeau à larges bords et prenant une canne en fer avec laquelle il faisait souvent des moulinets en homme qui n’aurait pas craint d’être assailli par quatre voleurs ».

Une canne en fer, ou d’acier, était aussi une façon poétique de désigner un fusil ou un mousquet, selon le « Dictionnaire universel français et latin » (1732) qui cite un poète nommé de M. de BAINVILLE, auteur en 1740 d’une « Ode à la Chasse » où figurent ces vers : « Quel bruit ! la forêt embrasée / S’offre à mes regards alarmés : / D’une canne d’acier creusée / Cent nouveaux chasseurs sont armés. »

Le mot désigne enfin la canne des souffleurs de verre ou toutes sortes de tuyaux métalliques employés par divers fabricants. SAVARY DES BRULONS, dans son « Dictionnaire universel de commerce » signale l’emploi d’une « espèce de canne de fer » pour prélever de l’argent fin en « coquillons » fondus lors de la fabrication des monnaies.

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Tags:

Leave a Reply