Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
UN BATON AUX ENCHERES A SEPT-FORGES (ORNE)

Le « Guide de la France mystérieuse » (Tchou, 1964) nous apprend que la petite commune de Sept-Forges, dans l’Orne, renfermait jadis un bâton vénéré, puisqu’il avait été remis par saint Joseph en personne :

« Le troisième dimanche après Pâques, à l’issue des Vêpres célébrées en la chapelle Saint-Joseph, le curé met aux enchères le bâton – en fait une bannière représentant la Sainte Famille. Le dernier enchérisseur l’emportait chez lui pour un an. Cette coutume est une survivance des usages de l’ancienne Confrérie de Saint-Joseph, fondée en 1635 ; mais deux légendes rivalisent pour en donner une explication merveilleuse : d’après la première, le curé de Sept-Forges s’étant égaré une nuit de neige, saint Joseph lui apparut et lui remit un bâton qui faisait s’écarter la neige devant ses pas ; d’après la seconde, lors des guerres de Religion, le curé alla de nuit voir un malade. Craignant une embuscade des Huguenots, il invoqua la protection de saint Joseph qui lui remit un bâton écartant de lui tout danger. Par la suite, les fidèles vinrent chercher le bâton au presbytère quand ils voulaient écarter le malheur de leur maison. »

Cette curieuse vente aux enchères annuelle d’un bâton, et les légendes qui lui étaient attachées, est également rapportée sur le site normandieweb.org, avec quelques petites variantes et des ajouts sur la confrérie. On y apprend qu’elle était attestée à la fin du XVIe siècle et qu’elle était alimentée par des dons et des rentes qui avaient permis d’agrandir la chapelle en 1654.

Sous la Révolution, le fameux bâton disparut mais il fut remplacé par une bannière de la Sainte Famille. Des photos prises en 1900 attestent que la vente aux enchères du « bâton de saint Joseph » attirait la foule des fidèles des autres communes. Un vitrail de l’église illustre même cette coutume.

Hélas, tout a une fin… La vente aux enchères s’est perpétuée jusqu’en 1955, date à laquelle le curé de l’époque décréta qu’il ne voulait plus encourager cette superstition.

Mais qu’est devenu ce bâton transformé en bannière ? Est-il rangé au fond de la sacristie ? Où peut-on voir ces photos de fidèles enchérissant pour le bâton ? Un visiteur du blog habitant près de Sept-Forges pourrait-il réussir à le savoir et nous adresser des photos pour illustrer cet article ?

Article rédigé par Laurent Bastard. Merci :)

Tags:

Leave a Reply