Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
LES POMMEAUX DE CANNES DE COMPAGNONS (1)

Plusieurs articles seront consacrés aux pommeaux de cannes compagnonniques, afin d’en montrer la variété et l’évolution. En voici un premier, consacré à une canne de compagnon tisseur-ferrandinier du Devoir, déposée par l’association « Tours Cité de la soie » au musée du Compagnonnage de Tours.

Copie de canne de tisseur-ferrandinier du Devoir

Le pommeau comporte huit pans (certaines cannes en ont sept). Il est en ébène et une pastille en os gravé est fixée sur le dessus, qui a été légèrement évidé pour qu’elle s’y adapte. On y voit, gravé, le « blason » des compagnons tisseurs-ferrandiniers du Devoir, composé d’un compas et d’une équerre (qui n’est pas trop d’équerre !) : c’est l’emblème quasi commun à tous les compagnonnages, surtout à partir du XIXe siècle.

Un ou plusieurs outils sont placés entre eux pour identifier la corporation. Ici, il s’agit d’une navette et de forces, sortes de ciseaux qui servaient à couper les fils de soie, outils caractéristiques des tisseurs.
Les compagnons tisseurs étaient autrefois très nombreux à Tours, Lyon, Vienne, Saint-Etienne mais aussi à Paris, Elbeuf, Amiens et Nîmes. Le terme de « ferrandinier » qui est accolé à « tisseur » dérive de Ferrand, un tisseur lyonnais du XVIIe siècle qui inventa une étoffe de soie et de laine mêlées. Le compagnonnage des tisseurs-ferrandiniers du Devoir a été fondé à Lyon en 1831. Les derniers reçus l’ont été au début des années 1940. Il s’agit aujourd’hui d’un compagnonnage éteint.

La pastille du pommeau porte le nom de son propriétaire sur le pourtour, ainsi que d’autres indications. Les initiales A.H. sont celles d’Alfred Huteau, suivies de son surnom compagnonnique : « Tourengeau (avec une faute due au graveur !) le Bien-Aimé des Compagnons ». Suit le lieu et la date de sa réception : R (reçu) à Tours 1877. Les initiales T F D D qui entourent le blason signifient « Tisseur-Ferrandinier Du Devoir ».
Ce type de pommeau ne commence à se répandre chez les compagnons qu’après 1840 ou 1850. Auparavant, nous l’avons dit dans un précédent article (Greffier et Proud, fabricants de cannes de compagnons), les cannes et les pommeaux étaient très simples, sans ornementation particulière, si ce n’est, parfois, un petit losange en nacre incrusté dans la pomme sphérique en bois.

Nous aurons bientôt l’occasion d’examiner d’autres modèles de pommeaux…

Photo musée du Compagnonnage de Tours. Droits réservés.

Article proposé par Laurent Bastard. Merci :)

Tags:

1 Comment to “LES POMMEAUX DE CANNES DE COMPAGNONS (1)”

  1. FM dit :

    merci d’envoyer un email sur contact@crcb.org
    Cdt,
    FM

Leave a Reply