Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
LES JEUX DES INDIENS DE LOUISIANE EN 1758 (2)

Dans le premier volet de l’article du même titre, nous avons rapporté le texte d’Antoine Simon LE PAGE de PRATZ (Histoire de la Louisiane, 1758) sur le jeu de perche des Indiens. Voici à présent celui des femmes indiennes :
« Si le jeu des hommes est rude et fatiguant, celui des femmes est extrêmement doux et tranquille, puisqu’elles sont assises pour jouer et que tous les instruments qui composent leur jeu ne pèsent qu’à peine une once.
Les pièces avec lesquelles elles jouent sont trois morceaux de cannes de huit à neuf pouces de long, fendues en deux parties égales, et appointées par les bouts ; chaque morceau est distingué par les dessins qui sont gravés sur le côté convexe. Elles jouent trois à la fois, et chaque femme a son morceau.
Pour faire ce jeu, elles ont deux de ces parties de cannes sur la main gauche ouverte, et la troisième dans la main droite, le rond par dessus, avec laquelle elles frappent sur les deux autres, ayant soin de ne toucher que le bout ; les trois pièces tombent et quand il y en a deux qui ont le convexe par dessus, celle qui a joué marque un point. S’il n’y en a qu’une, elle ne marque rien. Après la première, les deux autres jouent à leur tour.
Je n’ai jamais remarqué qu’il y eût auprès de ces femmes quelque chose qui pût intéresser leur jeu ; j’ai même lieu de croire qu’elles n’oseraient s’exposer à perdre quelque chose, dans la crainte de troubler la paix du ménage.
J’ai été témoin de ce que je rapporte du jeu des femmes, mais elles ne me voyaient pas, parce que, quand elles sont surprises à jouer, elles sont honteuses et se cachent sur le champ : ce qui m’a occasionné dans la suite de ne point me découvrir pour ne point leur faire de peine. Aussi ont-elles soin de se mettre à l’écart et de ne dire mot, et ainsi elles ne peuvent être décelées que par les petits morceaux de cannes qui ne font pas grand bruit. »
Pour avoir une idée de la longueur de ces morceaux de cannes (à sucre ?) fendues, rappelons qu’un pouce français équivalait à environ 2,7 cm. Chaque bâtonnet mesurait donc 21,6 à 24,3 cm. Il pesait une once, soit environ 28, 34 grammes.

Article rédigé par Laurent Bastard. Merci :)

Tags:

Leave a Reply