Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
LE BATON D’ALARME DES ECOSSAIS

Frédéric MERCEY dans ses « Souvenirs d’Ecosse » publiés en 1838 dans la Revue des deux mondes (p. 684) rapporte les curieuses coutumes des Ecossais.

A une époque qu’il ne précise pas, mais qui doit se situer entre la fin du Moyen Age et le XVIIe siècle, leur pays était souvent déchiré entre guerres de clans, assauts des Anglais ou invasions scandinaves. Voici l’usage que faisaient alors les sentinelles placées au bord de la mer pour avertir les habitants des menaces ennemies :
« A peine les sentinelles placées au bord du Loch Linnhe eurent-elles vu débarquer les gens de Mac-Lean, que, s’enfuyant de toute leur vitesse, elles prirent le chemin des montagnes pour donner à leurs compagnons le signal de la guerre.
Ce signal se donnait de la manière suivante : les soldats, placés en sentinelle, tenaient à la main un bâton brûlé à l’un des bouts et trempé dans le sang à l’autre bout. Ce bâton, chacun d’eux le remettait au premier homme de clan menacé qu’il rencontrait dans sa course ; celui-ci devait courir, le bâton en main, jusqu’à la capitale de ce clan, à moins qu’en chemin il ne rencontrât un autre des membres de la même tribu qui prît le bâton et courût à son tour.
Ce signal, transmis de mains en mains, arrivait avec une étonnante vitesse dans chaque village de chaque vallée. A sa vue, chacun des hommes en état de manier la claymore était tenu de s’armer et de se rendre à l’endroit désigné comme lieu de rassemblement en cas de guerre ou d’invasion.
L’apparition du bâton contenait, en effet, un avis et une menace. C’était une façon de dire à chaque montagnard : L’ennemi est là ! tout homme qui refusera de le combattre verra sa maison brûlée et son sang répandu. »
(Une claymore est une large et grande épée des guerriers écossais).

Article proposé par Laurent Bastard. Merci :)

Tags:

Leave a Reply