Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
L’ANGE AU BATON PUIS AU LYS

La représentation dans l’art de l’ange messager de la parole divine a connu une évolution intéressante en ce qui concerne l’Annonciation, épisode des Evangiles au cours duquel l’ange Gabriel se présente à Marie et lui annonce qu’elle concevra un fils appelé Jésus.

Traditionnellement, l’ange messager était représenté tenant un bâton. La convention artistique perdura longtemps lorsqu’il s’agissait d’autres épisodes bibliques : sur le détail des deux gravures du XVIIIe siècles, on voit ainsi un ange apportant de la nourriture à Elie dans le désert (Premier livre des Rois, 19, 7) ou apparaissant à Gédéon (Livre des Juges, 6, 21 : « L’ange de l’Eternel avança l’extrémité du bâton qu’il avait à la main et toucha la chair et les pains sans levain. »)

En ce qui concerne l’Annonciation, on remarque une évolution. Les anciennes représentations, jusqu’au XVe – XVIe siècles, nous montrent l’ange Gabriel, sans bâton ou avec un bâton (comme sur le détail ici reproduit du retable des Bourbons (XVe siècle), en la cathédrale Notre-Dame de Moulins. Mais la scène comporte aussi un élément symbolique présent sur d’autres œuvres : le lys derrière Marie, pour exprimer sa virginité et sa pureté.

Progressivement va s’opérer une fusion entre les deux : l’ange tiendra désormais un grand lys. La convention est définitivement fixée jusqu’au XIXe siècle, comme on peut le voir sur ce détail d’un vitrail de l’église de Saint-Galmier (Loire).

Le même processus de fusion s’est établi avec la baguette de saint Joseph sur laquelle se posa une colombe blanche, et qui se transforma en une tige de lys en fleur (voir l’article : Le bâton de saint Joseph).

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Tags:

Leave a Reply