Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
LA CANNE QUI MONTRE
Categories: Bâton comme outil
Nous avons déjà évoqué la fonction de communication du bâton ou de la canne levée, tendue ou baissée vers un objet, un monument ou une personne, pour appeler l’attention de celui ou ceux qui accompagnent son porteur et orienter leur regard (voir l’article La canne qui désigne).
Voici une autre illustration de cette fonction. La gravure est extraite de la revue « L’ami de la maison » du 21 février 1856. Elle se rapporte à un article d’Ed. THOMAS intitulé « Faire son tour de ville » ; un ami de la famille du narrateur, le capitaine Seigneuret, montre du bout de sa canne des habitations où se sont déroulés des faits d’armes du temps de Napoléon.
Il est vraisemblable que montrer une personne du bout de son bâton ou de sa canne constituait une impolitesse, comme l’est aujourd’hui le fait de pointer son doigt vers une personne éloignée, qui ne sait pas pourquoi on le désigne aux regards des autres.
C’est là qu’il faut souhaiter, selon le proverbe énoncé (notamment) dans le film  »Le fabuleux destin d’Amélie Poulain » (2001) : « Quand le sage montre la lune, l’imbécile regarde le doigt »… ou le bout de la canne !
Article rédigé par Laurent Bastard. Merci :)
Tags:

1 Comment to “LA CANNE QUI MONTRE”

  1. [...] Nous avons déjà évoqué dans l’article La canne qui montre qu’elle servait à orienter le regard de celui ou ceux qui sont autour de son possesseur. En [...]

Leave a Reply