Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
LA CANNE DU MAURE PERCEPTEUR (1843)

A partir de 1830 et jusqu’en 1847, la France conquit l’Algérie au terme de nombreux combats. La presse d’alors rendit compte de ces épisodes militaires mais réalisa aussi des reportages sur les us et coutumes des peuples vivant sur ce territoire. C’est ainsi que la revue « Le Magasin pittoresque » consacra pluseurs numéros à décrire leur mode de vie. Dans celui de décembre 1843, le Magasin pittoresque s’intéresse aux marchands, ouvriers et manoeuvres d’Alger et évoque la fonction du « Maure percepteur des droits de marché » (p. 379).

« Au marché Bab-Azoun viennent chaque jour de la plaine et de la montagne des Arabes amenant chevaux, boeufs, moutons, chèvres, volailles et denrées de toutes sortes qu’ils vendent sur place. Le percepteur reçoit de chacun un droit de vente.

Il se promène majestueusement, sa caisse suspendue à une lanière et placée sous bras gauche. A ce même bras est attachée une plaque de cuivre, signe distinctif de ses fonctions, et sa main droite est armée d’une canne destinée à mettre à la raison les turbulents, et les payeurs difficiles ou récalcitrants. »

De nos jours, les coups de bâton ont été remplacés par la lettre recommandée ou l’huissier, mais c’est souvent moins efficace pour le fisc…

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Tags:

Leave a Reply