Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
« IL JETA FIEREMENT SON BATON A SES PIEDS »

Dans « La Semaine des enfants » du 17 février 1869 se trouve un article intitulé « Clameur de Haro ». L’auteur signale qu’en Normandie, jadis (mais encore à l’époque à Jersey et Guernesey), la clameur de Haro était une façon particulière d’invoquer son droit : « Quand un homme, en ce pays, pousse la clameur de Haro, toute action ou poursuite judiciaire, comme toute agression personnelle, cesse immédiatement à son égard, et les témoins qu’il a pris pour l’entendre en son recours suprême doivent l’écouter à genoux. »

L’auteur de l’article rapporte que cet usage fut renouvelé lors des obsèques de Guillaume le Conquérant, mort à Rouen en 1087 et dont le corps fut transporté à Caen pour être inhumé dans l’abbaye aux Hommes (église Saint-Etienne).

L’évêque d’Evreux venait d’achever l’éloge funêbre de Guillaume lorsque « Asselin, fils d’un maréchal-ferrant, rompit cette silencieuse adhésion à l’éloge des vertus du mort » en affirmant que l’emplacement de l’abbaye était une terre que Guillaume avait spolié à son père. Il en réclama le paiement, poussant la « clameur de Haro » qui consistait à dire : « J’en appelle à Rollon, mon prince et le vôtre ! », tandis que ses témoins s’agenouillaient.
« Tous les assistants frémirent, et quelques hautes voix s’élevèrent indignées ; mais le fils du ferreur de chevaux jeta fièrement son bâton à ses pieds, comme un chevalier son gantelet, en signe de défi. »
Une enquête rapide confirma ses dires et, en passant devant le catafalque, il étendit la main et dit : « Duc et roi Guillaume, je te fais quitte. »

Le jet du bâton, objet personnel d’un homme de condition inférieure, rappelle en effet le rite du jet d’un gantelet en signe de défi ; « relever le gant » signifiant accepter le défi.

Le site www.Historia.fr, dans un article du 21 octobre 2010, résume la coutume en ces termes (et l’on notera l’emploi du bâton associé à un messager, que nous avons déjà rencontré dans la rubrique « bâton comme outil ») : « Parfois, le seigneur qui chargeait un messager d’une mission lui remettait en dépôt un bâton et un gant, signes d’une délégation des pouvoirs. Surtout, la coutume consistait pour les chevaliers à jeter leur gantelet à terre lorsqu’ils voulaient défier quelqu’un au combat. Et celui qui se manifestait pour combattre contre lui « relevait le gant », autre définition. »

L’illustration de cet article est un détail de la tapisserie (en fait, broderie) de Bayeux représant Guillaume.

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Tags:

Leave a Reply