Centre de Recherche sur la Canne et le Bâton
Bibliothèque de ressources historiques, culturelles, artistiques, litteraires, sportives…sur la canne et le bâton, en France et dans le monde…
CHARTISTE ANGLAIS ASSOMME PAR LOUIS NAPOLEON BONAPARTE

Il y a des dessins politiques anciens qui appellent des commentaires, car les évènements qui les ont suscités sont oubliés depuis bien longtemps. Ainsi en est-il de cette gravure publiée dans la « Revue comique à l’usage des gens sérieux », dans un numéro non daté mais publié entre novembre 1848 et avril 1849.

On y voit un personnage saisi par les cheveux par un policier qui s’apprête à l’assommer avec son bâton. La victime est un chartiste anglais, l’agresseur est Louis-Napoléon Bonaparte, reconnaissable à son nez aquilin, à sa moustache et à sa barbiche. Légende : « Le prince concourt pour le bâton de constable. C’est en assommant les chartistes anglais qu’on apprend à gouverner la France. »

Louis Napoléon Bonaparte connaissait bien l’Angleterre pour y avoir vécu en 1838-1840 puis de 1846 à 1848, après sa tentative de coup d’Etat et son incarcération au fort de Ham. Rentré en France en 1848, élu représentant du peuple en septembre, il accède à la présidence de la République le 11 décembre 1848.

Il est favorable à un régime assez social mais autoritaire. C’est un homme d’ordre, qui utilise le prestige de son oncle, Napoléon 1er, subsistant encore auprès du peuple.

L’opposition républicaine et socialiste se déchaîne contre lui et la presse satirique en fait sa tête de Turc. Les caricatures sont innombrables.
Le bâton, emblème de l’autorité brutale, de la répression et de la punition, lui est souvent est souvent associé, ou à ses fidèles (voir les articles Le bâton de Ratapoil et La Société du 10 décembre, par Daumier (1850) . L’histoire confirmera les craintes de ses détracteurs puisque Louis Napoléon Bonaparte organisera un coup d’Etat le 2 décembre 1851 et se fera proclamer empereur peu après, en instaurant un régime autoritaire et répressif.

Et le chartiste rossé ? Le chartisme est un courant de protestation politique anglais, qui émerge en 1838 et qui périclite en 1848. La révolution industrielle n’avait rien apporté aux ouvriers et ils établirent une charte en mai 1838 pour demander de profondes réformes : le suffrage universel ; la réforme des circonscriptions électorales ; l’abrogation de l’obligation d’être propriétaire pour pouvoir être électeur ; la dotation d’une indemnité parlementaire pour les travailleurs qui seraient élus à la chambre ; des élections législatives annuelles. Le Parlement rejeta ces demandes et des émeutes éclatèrent au Pays de Galles en 1839, suivies de grandes grèves en 1841-1842. La répression fut sévère et les leaders du mouvement chartiste furent incarcérés.

Revenons à notre caricature : comme il fallait « charger » au maximum Louis Napoléon Bonaparte, le dessinateur a imaginé qu’il avait fait ses premières armes répressives contre les manifestants chartistes durant ses séjours en Angleterre, avec le fameux « bâton de constable » des représentants de l’ordre. Eh bien ! il semble qu’il ne s’agisse pas tout à fait d’une représentation malveillante et infondée. Louis Napoléon Bonaparte obtint, paraît-il, le titre de constable spécial à Londres. Usa-t-il du bâton de sa fonction pour corriger les chartistes ? Le journaliste et homme de lettres républicain et socialiste Albert LAPONNERAYE (1808-1849) l’affirme en 1848 dans sa « Lettre à Monseigneur le prince Louis Napoléon Bonaparte, constable de la bonne ville de Londres ». Il écrit en effet : « Restez donc au-delà du détroit, où vous exercez, dit-on, avec tant de zèle et de succès, les honorables fonctions de constable ; où, dans votre ardent amour pour le peuple, vous distribuez force coups de bâton aux malheureux chartistes, ces prolétaires affamés de la vieille Angleterre. »

Vrai ou faux ? En tout cas, en 1857, un particulier anglais proposa à l’empereur de lui céder, moyennant finances, le bâton de constable qui était le sien durant son séjour à Londres, et s’attira un refus catégorique. Il est des épisodes de jeunesse politique qu’on préfère oublier… Voir l’article : Le bâton de constable.

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Tags:

Leave a Reply