CANNES DE FEMMES, HOMMES EN JUPON

Pour diverses raisons liées à la psychologie masculine, les hommes n’ont jamais complétement admis que des femmes « s’emparent » de ce qu’ils considéraient comme l’un de leurs attributs de virilité et de pouvoir : la canne.

Il y a déjà quelques années, le 15 février 2010, nous avions rapporté dans « Les femmes voleuses de cannes », qu’en 1863 on considérait que les femmes allaient un peu loin en adoptant la mode masculine et en portant la canne.

Mais dès la fin du XVIIIe siècle, il en était de même. Une mode chassait l’autre, puis la canne reparaissait aux mains des dames, ce qui faisait resurgir les mêmes critiques.

Voici ce que l’auteur de l’ « Histoire du costume en France », publiée dans « Le Magasin pittoresque » d’août 1868, p. 277, écrivait à propos de la mode de la fin du XVIIIe siècle :

« En 1786, nous étions au mieux avec l’Angleterre. Un traité de commerce venait d’abolir les prohibitions qui avaient entravé si longtemps les relations commerciales des deux pays. (…) De l’autre côté du détroit, la mode des hommes s’était introduite dans le costume féminin. Gagnées par cet exemple, nos dames commencèrent à porter des robes en redingote, qui avaient des revers, des parements, un double collet et des boutons de métal. Bientôt elles y joignirent la cravate, le jabot, le gilet et les deux montres avec leurs breloques pendant sous les deux poches du gilet. Commes elles avaient aussi le chapeau sur la tête et la canne à la main, on eût dit des hommes en jupon. »

L’expression est savoureuse…

La gravure est l’une de celles qui illustre l’article du Magasin pittoresque. Elle représente la « Redingote à l’anglaise (1787) ; d’après le « Cabinet des modes ».

Article rédigé par Laurent Bastard, merci :)

Leave a comment